Elle oppose Paul Christiani, juif converti au christianisme, à Rabbi Moshe ben Nahman (Nahmanide) de Gérone, l’une des plus hautes autorités du judaïsme espagnol. Parmi les plus éminents des vizirs juifs des Taifas musulmans, il faut citer Samuel ibn Nagrela (993-1060), dit Samuel ha-Naguid. Selon David J. Wasserstein, « Les juifs de l'Espagne wisigothique ne savaient presque rien de la culture juive[30] ». Les études académiques modernes vont de 40 000 à 150 000 exilés, même si les chiffres proposés dans des siècles précédents, tels que ceux du rabbin Isidore Loeb étaient beaucoup plus élevés[119] : Si le tableau ci-dessous établi par le rabbin et historien Isidore Loeb[131] à la fin du XIXe siècle, affiche des chiffres surestimés selon les estimations plus modernes, il donne une idée de la répartition des destinations des Juifs expulsés : L'Espagne ne compte officiellement plus de Juifs après leur expulsion. Avec Hasdaï ibn Shaprut comme son principal mécène, Cordoue devient « la Mecque des érudits juifs qui pouvaient être assurés d'y trouver une grande hospitalité de la part de riches hommes de cour »[41]. Leur nombre s'élevait à plusieurs centaines de milliers au moins, Heinrich Graetz cite le nombre de 850 000 pour les seuls Juifs de Castille, ce qui exclut ceux d'Aragon et des royaumes musulmans. Avec l'arrivée des Almoravides et des Almohades, leur situation change radicalement. On lui doit notamment « El nora alila », chanté dans toutes les synagogues séfarades, le jour du Grand Pardon avant l'office de clôture[49]. Juda Halevi reprend ses voyages, se rend auprès du vizir juif Meïr ibn Kamnial (père d'Abraham ibn Kamnial) à Séville et du maître talmudique Joseph ibn Migash à Lucène. Il est nommé vizir du roi Habus ben Maksan (1019 - 1038) puis de son fils Badis ben Habus (1038 - 1073) dont il appuie les prétentions au trône. Des Juifs sont, au XVe siècle, orfèvres, artisans de la soie, petits commerçants, interprètes ou médecins. Les conversos judaisants deviennent alors la cible principale de l'Inquisition espagnole pendant la première moitié du XVIe siècle. Les Juifs arrivés en Espagne sont souvent dépouillés et arrêtés par la Guardia Civil avant d'être pris en charge par les quakers ou par le Joint ou l'Agence juive[152]. Dans son ouvrage vers 673 Histoire de la rébellion de Paul contre Wamba[23], l'archevêque Julien de Tolède prouve la « perfidie » des révoltés par leur collusion avec les Juifs[24],[21]. Raymond Lulle s'en démarque quelque peu par une volonté de persuasion « claire, économique et rationnelle » mais écrit le « Liber de praedicatione contra judaeos » et, en 1299, obtient du roi Jacques II d’Aragon l'autorisation de prêcher dans toutes les synagogues (et les mosquées) de ses domaines[75]. Dans ce Liber, les lois concernant les Juifs (qui jusque-là obéissaient au codex de Rome) sont regroupées dans le livre 12 dont le titre est : « De la prévention de l'oppression par les officiels et de l'éradication des sectes hérétiques » et dans le titre 2 de ce livre intitulé « De l'éradication des erreurs des hérétiques et des Juifs »[20]. À la tête de la communauté de Barcelone se trouve alors Sheshet Benveniste[61] à la fois arabisant, médecin et philosophe, poète et talmudiste à qui le roi d’Aragon confie plusieurs missions diplomatiques[60]. À travers la littérature arabe, les Juifs ont aussi accès à la littérature grecque scientifique et philosophique. Et c'est en qualité de diplomate qu'il correspond avec le royaume des Khazars, qui s'était converti au judaïsme, au VIIIe siècle[40]. Après la défaite républicaine, beaucoup se réfugièrent en France où ils furent internés par les autorités françaises au camp de Gurs, pendant que d'autres étaient envoyés en camp à Djelfa (sud de l'Algérie) [147]. Courrier international - Paris. Il se peut que des Juifs s'y soient installés comme commerçants qui auraient été rejoints par ceux qui avaient été réduits en esclavage par les Romains, sous Vespasien et Titus, et dispersés à l'extrême-occident d'alors au cours de la guerre judéo-romaine, et surtout après la défaite de la Judée en 70. Les Almoravides sont peu à peu sensibles à l'esprit de l'Andalousie et à l'idée de coexistence. Au cours des années qui suivent la conquête par Tariq ibn Ziyad, la majeure partie du territoire passe au pouvoir des musulmans au moyen de capitulations, suivant les termes desquelles les chrétiens comme les Juifs obtenaient le statut de « gens du Livre » qui leur permettait de conserver leurs structures politiques et administratives. Le 28 juin 1967 est promulguée la Loi de Liberté Religieuse, qui, outre les protestants et musulmans, concerne 6 000 juifs[155]. En 2011, le grand rabbin Nissim Karelitz (en), président du Bet Din de Bnei Brak reconnaît le caractère juif de la communauté des Chuetas (conversos de Majorque). Après leurs conversions la plupart des Juifs ont abandonnés leurs noms hébraïques (tels que Cohen, Levi, Gabbay ou Sarfati), liés à un prénom juif ( Abarbanel, Aben Ezra, Benveniste ou Nahmias), ou de l'arabe ( tels que Abuhab, Albahari, Ben Chicatella ou Ben Zekri). Le décret 16 interdit aux chrétiens d'épouser des femmes juives, sous peine d'excommunication de cinq ans. Editorial: Riopiedras Ediciones ISBN: 978-84-7213-184-2. Addeddate 2013-03-17 15:20:20 Identifier noms_juifs Identifier-ark ark:/13960/t8qc1gq1c Ocr ABBYY FineReader 8.0 Ppi 300 Scanner Internet Archive HTML5 Uploader 1.2 La vie intellectuelle est agitée, particulièrement dans le domaine religieux : Abraham Aboulafia publie de nombreux ouvrages mystiques et entreprend même de persuader de ses vues le pape Nicolas III qui le condamne à mort et Moïse de León écrit ou, à tout le moins, compile le Zohar (le « Livre de la Splendeur »), un des ouvrages majeurs de la Kabbale. Ils cultivent eux-mêmes leurs terres ou, comme les autres, ont recours à des esclaves. Ce dernier fait construire une belle synagogue à Tolède, encore visible aujourd'hui mais sous le nom de synagogue el Transito car elle fut plus tard transformée en église sous ce nom. Il descend au pays d'al-Andalous afin d'y compléter ses études. L'archevêque de Tolède appelle à la croisade contre les Maures, pour aider Alphonse VIII de Castille. C'est ainsi que la tradition séfarade peut s'enrichir sur les plans religieux, culturels et intellectuels. Sa faveur et sa fortune suscitent la jalousie et, en 1360, il est arrêté et meurt sous la torture[79],[80]. Il est rejoint par tous les Juifs bannis d’Espagne et par ceux qui étaient restés dans la Péninsule. Maïmonide est le plus illustre représentant du judaïsme espagnol (bien que, à la suite des persécutions, il n'ait passé que son enfance en Espagne) et pour beaucoup du judaïsme post-talmudique. Cette prospérité exceptionnelle est étroitement liée à la carrière de son conseiller juif, Hasdaï ibn Shaprut (915 - 970). La pierre tombale d'une enfant juive nommée Salomonula, trouvée à Adra (anciennement Abdera) est datée du IIIe siècle[7]. Ils sont agriculteurs ou artisans, certains sont médecins comme l'avait été Maïmonide. Mais il y aussi une minorité ashkénaze, venue d'Europe orientale au cours de la première moitié du XXe siècle ou plus récemment d'Argentine. »[162],[163]. L'affirmation du catholicisme se traduit dès les lois de Récarède au VIe siècle par l'exclusion des Juifs du corps national[28]. En dépit de multiples conversions forcées à l'Islam, la culture séfarade n'a pas été anéantie. historia, History, cultura sefardí, Sephardic culture,sefardíes de Oriente, Eastern Sephardim, imperio otomano, Ottoman Empire, Turkey, Turquía, Balcanes, Balkans, Bulgaria, Sofía,lengua, laguage, lingüística, Linguistics,  judeoespañol, Judeo-Spanish, ladino, historia de la lengua, History of the language,tradiciones, traditions, folklore, folclore, usos y costumbres, costums, cultura popular, folk culture. Après quelques hésitations, son petit-fils, Alphonse VII (1126-1157), confirme les Juifs dans leurs droits. J.-C. L'inscription, généralement considérée comme phénicienne, a été interprétée par quelques chercheurs comme « paléo-hébraïque ». Le 16 décembre 1968 est inaugurée la nouvelle synagogue de Madrid, première synagogue construite en Espagne depuis 1492. Juda Halevi (1075-1141), parcourt l’Espagne en proie aux guerres entre chrétiens et Almoravides. Silvio Jazanovich Summary and Edition for Jewish Community Masorti Bet-El Madrid Source: Jews Brilliant Minds - Famous Juifs Panorámica sobre los sefardíes de Bulgaria y su cultura. L'originalité de la culture judéo-espagnole se manifeste notamment par le judéo-espagnol et le judéo-espagnol calque, deux langues dérivées du vieux castillan et de l'hébreu dans lesquelles s'exprimaient et écrivaient respectivement ces communautés. Il compose en 686 pour le roi, un traité contre les Juifs « De sextae aetatis comprobatione »[26]. L'apport des séfarades à la culture universelle est alors remarquable. Toutefois, la fin du règne d'Alphonse XI de Castille et celui de Pierre Ier le Cruel (1350-1369) sont favorables aux Juifs. Cette émigration des Juifs puis des marranes se continuera durant les XVIe et XVIIe siècles. Les autres chrétiens tiennent les ariens pour des demi-Juifs. Au début du XIe siècle, le califat de Cordoue se désagrège au profit d'une multitude de royaumes : les principautés indépendantes des taïfas, berbères au sud, « slaves » sur la cote orientale et sous domination des grandes familles muladíes ou arabes. C'est ainsi que les Juifs ont contribué à diffuser dans le reste de l'Europe, la science et la philosophie, à la base de la Renaissance[44]. Le roi Égica (687 - 702) allège ces mesures antisémites. Deux des plus importants notables de la communauté juive choissisent des voies opposées : Abraham Senior, grand-rabbin d'Espagne, abjure avec toute sa famille tandis qu'Isaac Abravanel prend la route de l'exil. Une partie quitte la péninsule tandis que d'autres se convertissent, souvent seulement pour la forme[8]. Selon le Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, les Juifs procurent entre 20 et 35 % des revenus de Castille et d'Aragon[71]. Selon les archives portugaises, le nombre de Juifs entrés au Portugal (principale destination en 1492) se monterait à 23 320 personnes[121]. Les Juifs séfarades ou simplement Séfarades (parfois orthographié Sépharades) ou Sefardim (de l'hébreu : סְפָרַדִּים), sont les membres des communautés juives historiques habitant ou issus de la péninsule Ibérique.. Si la religion juive n'était pas encore tolérée, les Juifs étaient acceptés malgré leur religion, voyageaient librement dans toute l’Espagne et pouvaient même s’y établir, mais les Juifs et les descendants de conversos sont encore vus très négativement[135]. Enfin, la constitution démocratique de 1978 donne l'égalité complète en abolissant la notion de religion d'état[156]. Le décret 49 menace les chrétiens qui font bénir leurs champs par des Juifs d'excommunication à vie. Le rabbin et philosophe néo-platonicien Salomon ibn Gabirol (1020 - 1058) produit le « Fons Vitae » qui va inspirer la scolastique chrétienne jusqu'à Thomas d'Aquin. C'est dans ce contexte de mécénat culturel que s'est développé l'intérêt pour l'étude de l'hébreu. Le 12 avril 1869, à la séance des Cortés, Emilio Castelar parle avec chaleur des principes de complète liberté religieuse. Quant aux seconds, déjà baptisés, le concile établit qu' « il convient de les contraindre à observer la foi qu'ils ont reçue par la force ou la nécessité » afin de ne pas rabaisser la foi chrétienne[13]. Partisan du retour à Sion comme en témoignent ses « Odes à Sion », Juda Halevi arrive à Alexandrie, puis au Caire où il meurt après 1140 avant d’avoir pu s’embarquer pour la Palestine ; d'autres versions le font mourir aux portes de Jérusalem, assassiné. Datos bibliográficos: Sofia, Imprimerie “Amischpat”, 1925. Le fondateur d'Android est juif ! Les navires de Tarsis étaient de grands navires de commerce, équipés pour de longs voyages. Le concile statue sur la situation de deux groupes différents : d'une part, celle des Juifs qui avaient échappé à la conversion décrétée par Sisebut en passant en Gaule, puis étaient rentrés en Espagne ; d'autre part, celle des Juifs qui avaient reçu le baptême lors de cette persécution et qui continuaient à pratiquer les rites juifs. Ils sont à l'origine de la très importante communauté de Salonique qui disparut dans la Shoah. La condition des Juifs d'Al-Andalus a varié au cours du temps. La victoire progressive (1365-1369) d'Henri, aidée par les Grandes Compagnies de Bertrand Du Guesclin est marquée par de nombreux massacres de Juifs, qui soutiennent et composent (avec les Maures) l'essentiel des troupes de Pierre Ier à Tolède, Villadiego, Aguilar et Jaen. En personne, il fait savoir au concile son désir de revenir à la législation du règne de Sisebut, bien que lui-même soit un peu plus indulgent et donc opposé à la peine capitale. Le premier quart du XIVe siècle voit encore une situation satisfaisante pour les Juifs de Castille dont certains atteignent de hautes positions de conseillers royaux[72]. Más información. De 1865 à 1870, les règlements sur la pureté de sang sont abrogés[136],[137]. Leurs professions les plus courantes sont plutôt la médecine, le commerce, la finance et l'agriculture[38]. Il est assassiné lors du massacre de Grenade de 1066 avec environ 4 000 autres Juifs. Il est probable que ces relations entre le royaume d'Israël et Tarsis ont été des relations commerciales. Une raison peut en être que malgré les belles déclarations, le décret de l'Alhambra n'est pas abrogé. Un tel projet trouvera un écho, par exemple, dans la France de Louis XIV avec la Révocation de l'Edit de Nantes (1685). Par le fuero de Najara Sepulveda (1076), il leur octroie un statut comparable à celui de la noblesse[56]. Ces dynasties, d'origine berbère, ont une conception de l'Islam beaucoup plus rigoureuse et, par conséquent, sont beaucoup moins tolérantes à l'égard des Juifs. Abraham ben Meir ibn Ezra, né vers 1090 à Tudèle, dans l'émirat de Saragosse, décédé vers 1165 à Calahorra, est un rabbin, poète, grammairien, traducteur, commentateur, philosophe, mathématicien et astronome. Toutefois, les Juifs doivent payer la capitation en espèce ou en nature, porter des vêtements spéciaux, ne pas bâtir de nouvelles synagogues[34] ni posséder d'esclaves musulmans. Le XIIe concile de Tolède demande à nouveau le baptême forcé, et, pour ceux qui désobéissent, la saisie de biens, les châtiments corporels, l'exil, ou l'esclavage. À côté des musulmans, des communautés minoritaires, juive et chrétienne, étaient principalement installées sur la colline du Mauror, à proximité de l'Alhambra. Simone Weil et Artur London s'engagèrent aussi dans les Brigades internationales. La même année, les manifestations organisées dans le cadre des programmes Sefarad 92 et Al-Andalus 92 par la Comision del Quinto Centenario permettaient à l'Espagne de restaurer le lien avec les cultures juive et musulmane[156]. Ces persécutions témoignent de la lutte entre le christianisme et le judaïsme en Espagne wisigothique. Les Marranes essayent de se défendre en usant de leur influence auprès des Cortès ou même du pape Sixte IV pour faire interdire les méthodes de l'Inquisition ; ils font même assassiner, le 15 septembre 1485, le Grand Inquisiteur d'Aragon, Pedro de Arbués (canonisé par l'Église en 1867). Les estimations chiffrées concernant l'ampleur de l'expulsion et des conversions sont très variables et sujettes à controverse. Les révoltes les plus graves sont celles qui éclatent à Séville, à Cordoue, Tolède et dans d'autres villes castillanes[82]. 0:15. Mikhaïl Koltsov, écrivain et journaliste alors célèbre en URSS, participa à la Guerre d'Espagne en tant qu'envoyé spécial de la Pravda et de Staline. Les Nasrides font main basse sur Grenade, et y établissent un émirat en se soumettant temporairement aux Castillans par le biais d'un serment de vassalité, prêté à Ferdinand III en 1246, à la suite de la capitulation de Jaén. Les recherches sur les juifs d'al-Andalus dans les vingt-cinq dernières années - Angel Sâenz-Badilloslien Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée lien Année 1992 lien Volume 63 lien Numéro 63-64 lien, La Méditerranée des Juifs: exodes et enracinements Par Paul Balta, Catherine Dana, Régine Dhoquois Publié par L'Harmattan, 2003 -, Histoire des juifs sépharades : De Tolède à Salonique de Esther Benbassa, Aron Rodrigue Poche: 468 pages Seuil; Édition : Éd. Les deux communautés principales sont établies à Madrid et Barcelone mais il en existe d'autres à Alicante, Malaga, Valence, Benidorm, Séville, Torremolinos, Marbella et deux communautés aux îles Canaries. Pour Nissim Karelitz, la communauté a su préserver son caractère juif en mettant l'accent sur le mariage intracommunautaire[160]. Mais, en 1408, sous l'influence de l'apostat Paul de Santa Maria, un Juif converti devenu évêque, la régente remet en vigueur, au nom du roi de Castille Jean II alors âgé de 2 ans, les lois anti-juives (34 titres et 363 lois) contenues particulièrement dans la septième partie du code dit des Siete Partidas publié par Alphonse X le Savant[98] : les Juifs ne peuvent plus occuper d'emploi public ; ils doivent résider dans des quartiers fermés, les juderias ; leur vêtement est codifié et le port de la rouelle confirmé ; ils ne peuvent employer de chrétiens et l'émigration leur est interdite. Resumen de contenido: Panorámica sobre los sefardíes de Bulgaria y su cultura. Une loi entrée en vigueur en 2015 facilite l’accès de descendants de Séfarades à la citoyenneté portugaise. Les historiens ne semblent pas étonnés par ces résultats, tel le Dr. J. S. Ray, professeur d'études juives à l'Université de Georgetown (Etats-Unis), qui confirment l'existence de conversions en masse au catholicisme de Juifs (et de musulmans) avant et au moment des expulsions des XVe et XVIe siècles, bien qu'une aile de l'historiographie sous-estime encore le nombre de ces conversions, selon J. S. Gerber, spécialiste de l'histoire séfarade à la City University de New York[167],[168]. , qui défendirent la capitale pendant le siège de Madrid (hiver 1936-37) [147]. Quand le code d'Ervige est promulgué en novembre 681, il y ajoute encore six de ses propres nouvelles lois et trois lois de Wamba, aussi bien que quatre-vingts lois de Receswinthe (653) révisées. Toutes les lois concernant les Juifs ont été attribuées à l'influence de leur adversaire, l'évêque Julien II de Tolède. « Durant les dernières périodes de la domination wisigothique, la religion juive était proclamée illégale ; la connaissance que les Juifs avaient de la Torah et des sciences talmudiques s'amenuisait, les Juifs étant coupés du reste de la diaspora », écrit Haïm Zafrani[29]. L'une et l'autre ne comprenaient pas plus de quelques centaines de familles mais leur rôle économique était sans rapport avec leur faiblesse numérique. Égica choisit en 694 de réduire à l'esclavage tous les Juifs du royaume qui perdent leurs biens et leurs propres esclaves. En 840, Bodo-Éléazar, un chrétien converti au judaïsme, commence une disputation épistolaire avec un intellectuel chrétien Paul Alvare, un chevalier disant être d'ascendance juive, à Cordoue. 2 000 autres arrivent en Espagne, à Barcelone et à Madrid, pendant la Première Guerre mondiale, dont beaucoup de Juifs turcs et donc séfarades chassés par la défaite de la Turquie[143]. Il remporte une compétition de poésie à Cordoue, puis rencontre à Grenade les poètes séfarades Moïse ibn Ezra et Abraham ibn Ezra, avec lesquels il sera lié sa vie durant. Fidèles aux traditions talmudiques et midrashiques, les philosophes juifs se consacrent à l'éthique[44]. Ce thème fera les joies de l'historiographie chrétienne de la Reconquista, qui expliquera la facilité de la conquête par la « trahison juive ». À l'origine, médecin de cour, Hasdaï ibn Shaprut est aussi officiellement responsable des affaires étrangères, de la douane et du commerce extérieur. 2, printemps 1992, Judíos y musulmanes en al-Andalus y el Magreb: contactos intelectuales : seminario celebrado en la Casa de Velázquez (20-21 de febrero de 1997) Par María Isabel Fierro Bello, María Isabel Fierro, Maribel Fierro Edition: illustrated Publié par Casa de Velázquez, 2002 -, Vers l'âge de 13 ans, Moïse ben Maïmon, plus connu sous le nom de Maïmonide est contraint avec sa famille à l'exil lors de la prise de Cordoue par les Almohades. La communauté juive espagnole connaît le début de son âge d'or sous le règne de Abd al-Rahman III (912-961), le premier calife de Cordoue. Il les tient ainsi sous son entière dépendance et devant le danger, les Marranes les plus influents réussissent à amener sa perte. Malgré cette persécution des Marranes, les Juifs qui ne sont pas convertis se croient encore protégés par les monarques, d'autant que le trésorier royal est le savant juif Isaac Abravanel qui avance à ces derniers l'argent nécessaire au financement de la guerre contre le royaume de Grenade, dernière enclave musulmane en Espagne. Ici, fragment de Sainte Hélène interrogeant Judas (ben Simeon, Syriaque de Jérusalem), 1483, Disputation des Juifs devant Ferdinand et Isabelle, gravure de 1869, Mishné Torah de Maïimonide, traité monumental dans lequel le corps de la loi biblique et talmudique est classé et systématisé. Présidé par Isidore de Séville, le IVè concile de Tolède se réunit le 5 décembre 633 sous le règne de Sisenand. Hasdaï ibn Shaprut peut être considéré comme un bienfaiteur de la communauté juive dans le monde, non seulement par la création d'un environnement favorable aux études académiques en Espagne, mais aussi par ses interventions au profit des Juifs étrangers, comme en témoigne sa lettre à la princesse byzantine Hélène. Juifs célèbres. Alors que l'Espagne n'entretient pas de relations diplomatiques avec Israël de façon à protéger ses relations avec les pays arabes, le général Franco adopte la même attitude que pendant la guerre pour favoriser l'exil des Juifs marocains vers Israël, en autorisant l'Agence juive à établir des camps de transit au Maroc espagnol et en Espagne[153]. Ceux des Juifs séfarades qui choisissent l'exil fondent des communautés dans les pays méditerranéens, au Maghreb et en Amérique. Poussés au désespoir par ces mesures rigoureuses, les Juifs se mettent en rapport avec leurs frères d’Afrique pour détruire la puissance wisigothe (694)[19]. Les Juifs d'Espagne vivent pour la plupart comme leurs compatriotes avec lesquels ils partagent langues et usages. Les dhimmis accusés de blasphème sont monnaie courante et sont punis de mort. On estime à 100 000 le nombre de Juifs qui durent se convertir au catholicisme, à la suite des événements de 1391 à 1412[108]. Il n'y a aucune preuve, pourtant, que le code d'Erwig ait « remplacé » celui de Receswinthe et des manuscrits de l'un et de l'autre continuèrent à être copiés et vendus. ), Lucas de Tuy est un chroniqueur espagnol du, Yom Tov Assis, « The Jews of Spain: From Settlement to Expulsion », pages 44-45, Jérusalem : Université hébraïque de Jérusalemm, 1988, David Wasserstein parle de réhébraïsation. L'attention se concentre sur les nouveaux chrétiens (conversos, anoussim, marranes), très prospères et influents, dont les intérêts sont souvent en conflit direct avec ceux des nobles (puisqu'ils ont le droit de se livrer aux mêmes activités que les nobles contrairement à ceux qui sont restés juifs) et dont certains pratiquent en cachette les rites juifs et conservent des relations occultes avec leurs anciens coreligionnaires. L'arabe est devenu la langue des séfarades pour leurs écrits scientifiques, philosophiques et pour la vie de tous les jours. En adoptant la langue arabe, les Juifs espagnols s'ouvrent à la civilisation arabe, qui va durablement influencer la culture séfarade, et aussi aux discussions philosophiques et religieuses où se sont illustrés les chefs des Académies talmudiques en Babylonie. ⏩ Découvrez l'histoire juive secrète de la fleur de Lys ! Nous avons quelques traces de Juifs engagés dans le commerce international. Jules César avait codifié les droits et les privilèges des Hébreux : ils restaient libres de pratiquer leur culte, d'entretenir des liens de solidarité avec la Judée et étaient dispensés de toute soumission aux dieux étrangers. Deutsche Jüdinnen und Juden. Depuis quelques années, une myriade de célébrités ont rejoint les montagnes andorranes, notamment des sportifs de haut niveau comme les cyclistes Esteban Chaves et Dan Martin ou le pilote de Moto GP français Fabio Quartararo.